La princesse visite un château-fort

Ce week-end, Petite Lutine a vécu un moment fort en émotion. Profitant de notre visite chez ma grand-mère en Bourgogne, nous sommes allées visiter le château de Chateauneuf-en-Auxois. La lutine était prête à bloc. Elle connaît son imagier par coeur, et avait hâte de franchir le pont-levis. Pour l’occasion elle avait mis son costume favori du moment : la cape et la couronne de princesse !

DSCN1773Quand elle a vu le château depuis le bas de la colline, elle s’est mise à rire d’excitation et de plaisir. Il faut dire que le château vu du bas est vraiment très beau. Le pont-levis de ce château passe au-dessus des anciennes douves, maintenant couvertes d’une herbe grasse et d’un vert soutenu. Petite Lutine a été très intriguée par l’absence de l’eau.

Nous avons pris le temps de réexpliquer le fonctionnement du pont-levis qui se lève pour empêcher les ennemis d’entrer.

Dans la cour du château, nous avons admiré le puits et essayé de tourner sa manivelle.

coussiègeNous avons visité les appartements des différents ducs ayant occupé le château, admirant la différence d’ameublement entre la fin du Moyen-Age et le XVIIème siècle. Petite Lutine a admiré la taille des cheminées, rigolé devant les latrines, contemplé les lits à baldaquin et les différentes tapisseries affichées sur les murs. Se mettant dans la peau d’une princesse, elle s’est assise sur les coussièges, ces sortes de banc en pierre construits dans l’embrasures des fenêtres. Elle s’est ensuite amusée à grimper à toute vitesse les escaliers en colimaçon du château. Nous avons ensuite joué à nous faire peur dans les recoins d’une tour d’angle.

DSCN1777Elle aurait aimé monter sur des remparts et voir les créneaux de plus près mais ce n’était pas possible. La promenade dans le village et le petit bois est magnifique également. Les vieilles pierres ont un charme paisible. Le soleil automnal étendait une lumière chaude et doucement mélancolique sur ce bois à l’ambiance un peu magique.

DSCN1787L’allée qui s’étend derrière le village est bordée de chênes centenaires. Une atmosphère très particulière s’en dégage, empreinte d’une certaine solennité et peut-être même spiritualité. Nous avons donc joué aux fées quelques instants, nous imaginant vivre dans les creux de ces arbres énormes.

Finalement, nous sommes rentrées chez ma grand-mère, où un bon chocolat chaud a mis la dernière touche à cet après-midi d’automne.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply