Range ta chambre ! Habille toi ! Lave tes dents ! Comment le jeu remplace les ordres et les cris.

J’ai découvert grâce à un article du blog S’éveiller et s’épanouir de manière raisonnée le principe de parentalité ludique. Ce livre m’a tout de suite interpellée. En effet, je n’aime pas particulièrement jouer, et j’ai toujours été un peu embêtée parce que ma fille, elle, adore jouer et voudrait bien que je l’accompagne dans ses jeux.

La principale chose que j’ai découvert dans ce livre, c’est que bien des situations embêtantes peuvent être dénouées grâce au jeu. Cela peut être des situations conflictuelles ou simplement des petites choses que l’on arrive pas à faire correctement dans son quotidien familial.

Je ne vais pas refaire ici la théorie de l’auteur, c’est sa spécialité, et la lecture du livre est très éclairante. Je voulais juste donner des exemples de situations que nous vivons mieux grâce au jeu.

1. L’habillage et le lavage de dents :

Une poupée ou une peluche vient nous voir et demande à Petite Lutine comment il faut faire pour s’habiller, ou comment il faut faire pour se laver les dents. Petite Lutine est alors enchantée de lui montrer ses talents. Et en général, elle réclame que je continue le jeu “Maman, lapin doit me demander comment on met les chaussettes, Maman, il doit me demander comment on met le pull…”.

2. Le rangement de la chambre

Ayant moi-même quelques difficultés avec le rangement (on ne rit pas !), j’essaie d’accompagner au mieux Petite Lutine dans cette activité oh combien rébarbative à mes yeux. Nous avons plusieurs jeux :

– Cendrillon. J’espère ne pas être une mère indigne, mais Petite Lutine adore se dire qu’elle est Cendrillon et que je suis la méchante Belle-mère qui lui donne des ordres pour ranger sa chambre (et ça marche pour toutes les activités ménagères). Je lui ai proposé d’inverser les rôles, mais elle aime tellement qu’elle refuse “Non Maman, Cendrillon c’est moi !!”.

– La pelle mécanique : nous sommes toutes les deux des pelles mécaniques, nous attrapons les jouets avec nos mains en position godet de machine et nous faisons le bruit “vrmmmmm” en les transportant à leur place.

Comment motiver un enfant à ranger sa chambre : le jeu va l'aider à ranger sa chambre par son aspect ludique

– le robot télécommandé : elle est un robot et avec la télécommande, je lui dis “Mets les livres dans l’étagère”, “Place les vêtements de la poupée dans le carton rouge”. Dans ce jeu-là, elle accepte d’inverser les rôles et d’être à son tour la télécommande. J’aime beaucoup cette inversion car j’ai l’impression qu’un des principaux problème des enfants avec le rangement, c’est de savoir quoi faire et dans quel ordre. Ainsi, elle se concentre sur les décisions à prendre et ne s’éparpille pas dans l’action.

3. Continuer à marcher malgré la lassitude

– C’est son parrain qui a joué à ça avec elle à Milan. Ce jeu est connu, j’ai vu plein de monde le faire : l’adulte et l’enfant partent devant en courant, ils se cachent, puis bondissent sur les autres adultes quand ceux-ci arrivent, lesquels doivent simuler une grande frayeur pour déclencher le rire de l’enfant.

– le chat et la souris avec ses déclinaisons : le crocodile et la gazelle, l’ours et le phoque… Ce sont les jeux que Petite Lutine fait dans la salle de gym à l’école, souvent en lien avec ce qu’ils lisent en même temps. Elle adore me courir après et ne veut surtout pas inverser les rôles !

4. Revenir sur une situation conflictuelle

L’année dernière, Petite Lutine en sortant de chez la Nounou s’est enfuie en courant vers la route et a refusé de revenir malgré mes rappels, continuant même à courir vers la route en me narguant. Je l’ai rattrapée manu militari (ce n’était pas le moment de faire dans la dentelle), j’ai crié assez fort sous le coup de la peur, et direction la maison sans plus de commentaire. Cela m’a permis de souffler dans la voiture. Une fois à la maison, j’ai voulu revenir calmement sur le sujet avec elle, impossible, elle n’en avait rien à faire, et me disait du haut de ses trois ans et demi “Mais Maman, j’étais sur le trottoir”. Ok, réponse valable, mais là la route est dangereuse, le trottoir beaucoup trop étroit, je lui avais déjà expliqué que je ne voulais absolument pas qu’elle y aille seule. J’ai donc pris les playmobils, nous avons commencé à jouer tranquillement, elle la Maman et moi le petit garçon. Au bout de quelques minutes, j’ai rejoué la situation à l’identique, faisant s’enfuir le petit garçon. Elle a tout de suite compris où je voulais en venir, a copieusement disputé le petit garçon. Puis, elle a posé les playmobils et m’a dit “Maman je ne le ferai plus”. Ouf, elle avait compris !

En cas e conflit avec l'enfant il est possible de résoudre le problème grâce au jeu, en rejouant la situation avec lui par exemple avec des playmobils

5. Le sommeil

Petite Lutine a du mal à s’endormir le soir. Je l’accompagne souvent de mon mieux, avec les histoires du soir, un rituel le plus tranquille possible, la relaxation. Je remonte souvent dans sa chambre. Mais maintenant qu’elle est grande, l’accompagnement, c’est aussi je pense l’aider à trouver comment s’endormir seule. Dans ces cas-là, le jeu peut nous aider, le plus souvent avec l’aide d’une poupée ou d’une peluche.

Quand elle m’a rappelée dix fois en me disant “j’arrive pas à dormir”, ma patience est parfois un peu écornée… Alors j’ai essayé plusieurs fois avec succès de prendre une poupée dans la chambre et de lui faire dire “J’arrive pas à dormir”, et Petite Lutine la prend dans le lit avec elle et l’aide à s’endormir, ce qui fait souvent d’une pierre deux coups (ou d’un grain de sable deux endormies).

Je lui suggère parfois de raconter à la poupée des histoires parce que la poupée aussi s’ennuie dans le lit. Cela permet à ma fille de rester calme dans son lit au lieu de s’agiter, et cela la prépare à s’endormir un peu après.

Pour ceux que ça intéresse, n’hésitez pas à aller voir la page où je vous présente les livres pour enfants que j’écris. Je me lance et c’est pas facile, alors merci pour votre soutien !

Cet article est ma participation aux jeudis de l’éducation organisé par Wonder mum du blog Wondermomes.

Voici les articles des autres participants :

– Drôle de Maman : Une méthode simple pour arrêter de crier sur ses enfants
– Papa blogueur : Savoir écouter ses enfants
– Maman & Geekette : Cinq semaines de jeudis de l’éducation

Quelques unes de mes participations précédentes : L’éducation consciente : prendre conscience de ce que je suis, l’imaginaire pour aider dans le quotidien.

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply valsita 15 janvier 2015 at 10 h 26 min

    merci pour toutes ces idées de jeu!… En plus d’aider nos enfants, et de résoudre des conflits ça développe l’imagination des grands 😉

    • Reply Adeline 15 janvier 2015 at 10 h 44 min

      Merci Valsita. Et oui ! Ca permet d’évacuer la tension et de s’amuser aussi 🙂

  • Reply Boutdechou 15 janvier 2015 at 15 h 58 min

    Je reconnais tellement nos problèmes actuels ! Chez nous, trois petits bouts : Lisette 3 ans et demi, Vivie 2 ans et Obé 4 mois.

    Les moments conflictuels : monter se coucher, se laver les dents, se laver les mains, passer aux toilettes…

    Effectivement, le jeu passe beaucoup mieux que les cris mais parfois, c’est dur de garder son calme !!

    Un jeu qui fonctionne très bien chez nous le soir en ce moment : le petit train. Je suis la locomotive, mes filles les wagons. Nous faisons le bruit du petit train. Il s’arrête d’abord aux toilettes, puis au lavabo, il va dans les chambres… Les filles se dirigent tranquillement dans leur lit pour le livre du soir. Sacrée découverte qui évite des moments difficiles !

    Merci pour toutes les bonnes idées partagées dans cet article. J’aime beaucoup l’idée de rejouer la situation avec les playmobils, il faut que j’y pense !

    • Reply Adeline 27 janvier 2015 at 20 h 12 min

      Merci pour ton commentaire 🙂 . J’ai pensé à toi ce soir, elle ne voulait pas monter à l’étage pour aller ce coucher, alors nous avons fait le petit train, et tout s’est bien passé.

  • Reply Étrennes et moi - WondermomesWondermomes 15 janvier 2015 at 17 h 06 min

    […] semaines d’éducation, une méthode simple pour arrêter de crier sur ses enfants, le jeu qui aide à dénouer les situations du quotidien, le racisme et mon enfant, ma pédagogie (Montessori […]

  • Reply [Éducation bienveillante] Le temps des monstres et l’angoisse de séparation #2 | La famille Kangourou en Chine 17 janvier 2015 at 5 h 29 min

    […] glanées ça et là lors de mes recherches sur Internet à mettre en place. Inspiré par la lecture ce billet sur ce blog que je ne connaissais pas et que je m’empresse d’ajouter à ma blog-roll […]

  • Reply Accompagner son enfant dans l’amour de la lecture | Les découvertes de petite lutine 22 janvier 2015 at 7 h 42 min

    […] aux jeudis de l’éducation, organisés par le blog Wondermomes. Mes autres participations : Le jeu pour éviter les cris dans le quotidien, L’éducation consciente, le recours à l’imaginaire pour résoudre les petits […]

  • Reply Jeudi Education : les étrennes | 10 février 2015 at 20 h 11 min

    […] enfants, cinq semaines d’éducation, une méthode simple pour arrêter de crier sur ses enfants, le jeu qui aide à dénouer les situations du quotidien, le racisme et mon enfant, ma pédagogie (Montessori […]

  • Reply Je veux pas aller chez Papa ! | Les découvertes de petite lutine 9 mai 2015 at 15 h 42 min

    […] Le jeu pour dénouer des situations du quotidien L’éducation consciente L’imaginaire pour résoudre les petits tracas […]

  • Reply Étrennes et moi - Wondermomes 9 novembre 2015 at 15 h 38 min

    […] semaines d’éducation, une méthode simple pour arrêter de crier sur ses enfants, le jeu qui aide à dénouer les situations du quotidien, le racisme et mon enfant, ma pédagogie (Montessori […]

  • Leave a Reply