Un cours de méditation au collège

Au collège, il m’a été proposé dernièrement dans le cadre du Projet 6ème (un projet pour aider les 6èmes à bien démarrer le collège) de faire des ateliers de relaxation et travail sur le stress. J’ai accepté avec grand plaisir. Il s’agit pour moi de mettre enfin en pratique ce que j’apprends dans ma formation de professeur de yoga, et d’utiliser mes différentes lectures sur la méditation de pleine conscience, pratiquée ou non avec des enfants.

J’avais envie aujourd’hui de vous raconter en quelques mots les différentes méditations que je leur ai proposées.

méditer avec adolescents au collège

Pour la première séance, les élèves sont restés assis. Nous avons commencé par un exercice d’écoute. Nous avons d’abord prêté attention aux sons du monde extérieur : l’horloge qui égrenait les secondes, la voix du professeur de la salle d’à côté, les cris des élèves en cours de sport dans la cour, les gargouillis du radiateur. Puis je leur ai demandé de rentrer dans leur corps et de prêter attention aux sons intérieurs. Je les ai guidés en leur proposant d’écouter leur respiration, le bruit du souffle qui entre et sort. Ensuite je leur ai proposé d’aller se mettre à l’écoute des différentes parties de leur corps, d’écouter si celui-ci avait quelque chose à leur dire.

Nous avons ensuite discuté pour savoir ce qui était ressorti. Plusieurs élèves ont parlé de leur difficulté à garder les yeux fermés. Certains avaient ressenti de la faim, d’autres de la soif. Un grand nombre se disait fatigués. Nous avons donc discuté du sommeil, des besoins de leur corps à 11 ans. Comme à chaque fois que ce sujet est abordé au collège, il ressort que de nombreux élèves se couchent très tard. Ils se justifient en disant qu’avant, ils sont incapables de trouver le sommeil.

Nous avons donc enchaîné sur un deuxième exercice de méditation, qu’on pourrait appeler “prise de conscience corporelle”. Il s’agit de passer en revue toutes les parties du corps, d’en prendre conscience, et d’essayer de les détendre. On part des pieds, puis on remonte jusqu’à la tête et aux différentes parties du visage.

Les élèves ont été un peu plus détendus pendant cette deuxième pratique.

Aujourd’hui a eu lieu la deuxième séance de méditation avec ce groupe. Je leur ai d’abord demandé s’ils avaient réussi à mettre en pratique ce que nous avions appris la semaine précédente. Peu y avait pensé. L’un a dit qu’il s’était endormi avant d’avoir terminé l’exercice. L’autre a trouvé que ce n’avait pas été très efficace car il n’arrivait pas à rester concentré.

Cette fois nous avons fait la séance allongé par terre sur des serviettes qu’ils avaient apportées (et quelques couvertures que j’avais à disposition).

Nous avons commencé par l’exercice de conscience corporelle déjà pratiqué la première fois. Après avoir balayé la totalité du corps, je leur ai demandé de se concentrer plus particulièrement sur leur respiration et de la contrôler pour inspirer sur 5 secondes et expirer sur 5 également (avec la possibilité de changer le chiffre s’ils en ressentaient le besoin).

Une fois rassis sur nos couvertures, nous avons discuté. Les élèves avaient beaucoup mieux accroché que la première fois. Fermer les yeux ne leur avait plus du tout posé de problème, l’un d’eux s’était endormi. Nous avons expliqué que cette technique de respiration était positive en cas d’épisode de stress pour deux raisons. D’une part elle calme le physique en ralentissant la respiration. D’autre part elle calme le mental en l’obligeant à se concentrer sur le compte.

Comme deuxième et dernière pratique de méditation pour cette séance, nous avons fait une sorte de voyage libérateur. Je leur ai proposé d’imaginer leur corps s’enfonçant dans la terre, puis s’y sentant protégé comme dans le ventre de leur mère. Ils écoutaient le remue-ménage du monde en se sentant protégé de cette agitation, loin, serein. On ne leur demandait rien, ils étaient là un point c’est tout. Puis nous avons décidé d’entrer à notre tour en action et de naître. Leur corps s’est donc dans un premier temps envolé dans le ciel, et choisi d’accompagner plutôt le rythme des vents au lieu de lutter vainement. D’en haut, nous avons observé l’agitation épuisante des hommes, les magasins, la télévision. Nous avons senti notre pouvoir personnel s’épanouir en nous, notre pouvoir de choisir qui nous étions, ce que nous voulions faire de notre vie. Puis, nous avons atterri doucement sur terre, et là nous nous sommes promenés lentement aux milieux des autres hommes, sentant notre pouvoir personnel irradier autour de nous comme une lumière chaude et bienfaisante.

Méditer avec adolescents : liberté et pouvoir personnel

En reprenant conscience avec le réel, plusieurs élèves m’ont dit qu’ils aimeraient faire ça plus souvent, ce qui m’a fait très plaisir. Je les ai trouvés calmes et très coopératifs. Ils ont rangé la salle d’eux-mêmes, m’ont plié les couvertures, dans le calme et avec beaucoup de gentillesse.

Nous avons encore deux séances avec ce groupe, j’espère leur donner une initiation suffisante pour qu’ils continuent à pratiquer chez eux, notamment pour ceux qui ont des problèmes de sommeil.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply La relaxation adaptée pour ma fille (depuis ses deux ans) | Les découvertes de petite lutine 17 février 2015 at 18 h 30 min

    […] d’écouter le livre-CD « Calme et attentif comme une grenouille ». Dans cet article, je parle aussi de méditation avec des plus grand, au […]

  • Leave a Reply