Défi zéro déchets : fabriquer ses yaourts maison

Dans la poursuite de notre défi zéro déchet, nous avons cherché à analyser le contenu de notre poubelle. Quels sont les déchets les plus fréquents ? Comment pouvons-nous les éviter ? Les pots de yaourt sont arrivés dans le peloton de tête. Aussi nous avons ressorti la yaourtière et décidé de nous remettre à la fabrication maison. Mais si c’est pour utiliser du lait en bouteille en plastique, le progrès n’est pas énorme… En plus, c’était l’occasion d’essayer de chercher à manger des yaourts au lait de chèvre à un prix qui ne soit pas rédhibitoire.

Réduire les déchets

Nous avons fait quelques recherches, et découvert dans notre entourage une ferme bio dans laquelle il est possible d’acheter du lait de chèvre en bouteille et de les faire consigner. Parfait ! En plus, les enfants adorent aller voir les petits chevreaux (et les grands aussi 😉 ).

zéro déchet lait de ferme

Une autre interrogation est celle de la quantité d’énergie utilisée par la yaourtière. Elle reste allumée pendant 12h, branchée sur le courant afin de conserver une température constante de 40°. Je pense que la consommation n’est pas énorme, malgré tout, entre celle-ci et celle utilisée pour faire bouillir le lait avant la préparation des yaourts, ça commence à faire beaucoup. Et puis bon, le principe du zéro déchet, c’est aussi le désencombrement. Alors s’il faut avoir une machine pour chaque recette fabriquée, on n’est pas sortis de l’auberge !

Techniques variées

Une copine m’a suggéré la technique du lit. Je vous laisse imaginer ma perplexité. Il s’agit en fait de faire bouillir le lait (particulièrement si comme moi en ce moment vous attendez un bébé !), d’attendre que la température redescende à 40° (très important, j’ai raté mes yaourts plusieurs fois à cause de ce détail), de mélanger le yaourt souche avec le lait dans la casserole (l’étape de la recette la plus facile à faire faire aux enfants), puis d’enturbanner la casserole dans des couvertures et dans le lit pour que cela reste chaud. Bon… Si vous y arrivez, je veux bien les photos et le retour d’expérience car chez moi ça a toujours été un échec. D’après mon amie, c’est sans doute car je les fais au lait de chèvre qui prend moins bien que le lait de vache (et que le lait de brebis, idéal selon elle pour obtenir des yaourts bien fermes). Et pourtant, ma grand-mère les faisait comme elle aussi paraît-il…

J’ai donc finalement choisi la technique du four. On fait la même opération : le lait bout, la température redescend à 40°, on mélange un yaourt déjà fait, puis on place le contenant pendant deux heures dans le four à 40°. Une fois les deux heures terminées, on laisse le four bien fermé jusqu’au lendemain.

Je préfère avoir le yaourt dans un gros pot en verre. De cette façon, on utilise la quantité de yaourt que l’on souhaite dans les recettes ou à la fin du repas. Cependant, on peut tout à fait utiliser cette technique du four avec de petits pots individuels.

fabriquer yaourt maison lait de chèvre

Le seul yaourt rescapé de notre gourmandise pour la photo

Autres articles sur le sujet :

La lessive maison à la cendre

Quelques idées de lecture :

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply