Wifi versus pipi

Hier nous avons pris le TGV de Lyon à Strasbourg.

La gare de Part-Dieu est super bien équipée avec des services en accès gratuit : Wifi, prises pour recharger ses différents appareils électroniques dans les salles d’attente, ordinateur tactile pour les enfants avec des jeux pour les occuper… Génial, non ? Quelle modernité !

Mais par contre, détail qui tue… les toilettes sont payantes… 80 cts pour aller faire pipi. Par personne. Et 80 cts aussi pour avoir accès à une pièce dans laquelle est posée un simple tapis de change afin de changer la couche de son bébé (pièce dépourvue de toilettes, des fois qu’on essaie de faire d’une pierre deux coups…).

Devant moi se trouvait un jeune homme qui accompagnait un groupe d’enfants, tous plus pressés les uns que les autres d’aller satisfaire leurs besoins naturels. Et bien non Monsieur, les toilettes sont payantes, vous ne pouvez pas les laisser y aller, ils doivent se débrouiller.

Dans quel monde vit-on où le wifi est gratuit et faire pipi est payant ? Un monde où la connexion virtuelle est plus accessible que le simple fait de satisfaire un besoin naturel. Un monde où si on n’a pas de monnaie sur soi on peut recharger son téléphone, jouer en ligne, avoir un ordinateur tactile à disposition mais pas aller aux toilettes.

Alors on me répondra…

  • les toilettes sont entretenues il faut payer le salaire des personnes qui s’en occupent. Certes. C’est vrai. Mais d’abord, est-ce que le wifi, les prises, les ordinateurs tactiles en accès gratuits ne sont pas des services qui ont un prix également ? Ensuite, au prix où sont loués les emplacements pour les magasins dans la gare (fnac, relay, Paul et compagnie), au prix que nous payons les billets, ne me dites pas que la SNCF n’a pas les moyens de payer ses agents d’entretien. Enfin, à Strasbourg, les toilettes publiques sont en accès gratuit et les gens sont libres de laisser un pourboire. Et bien la plupart des gens en laissent un. Ainsi celui qui a un besoin urgent et pas d’argent peut quand même le satisfaire, ce qui paraît le moindre du respect dû à notre humanité. Et j’imagine que le quotidien du personnel chargé de l’entretien sera bien plus agréable qu’actuellement où il se fait régulièrement engueuler par tous les voyageurs qui ont un besoin pressant et ne savaient pas qu’il fallait prévoir 80 cts pour avoir le droit de faire pipi …
  • si ce n’est pas payant, n’importe qui utilisera les toilettes de la gare. Alors tout d’abord, qui est ce “n’importe qui” qu’on veut empêcher de faire pipi ? Le touriste perdu dans Lyon ? La classe pour une ville de cette envergure… L’acheteur réjoui de ses emplettes qui sort du centre commercial ? Pas de problème pour lui, les toilettes du centre commercial sont gratuites elles… Le SDF qui cherche un peu de dignité et refuse de faire pipi sur la voie publique ? Et bien ça semble normal et d’ailleurs bien plus agréable pour tout le monde qu’il puisse aller dans un endroit prévu pour, sinon bonjour les odeurs aux abords de la gare ! Et ne pensez-vous pas que tous les humains sans exception ont droit à la satisfaction de leurs besoins naturels dans un minimum de dignité ?

Alors s’il vous plait, il est temps de revoir nos priorités. Une société qui est si évoluée qu’on peut gratuitement se connecter au réseau mondial d’internet dans tous les espaces publics, se doit de proposer à tous les êtres humains qui la composent la possibilité de satisfaire gratuitement leurs besoins les plus primaires et naturels. N’ayons pas honte de ce que nous sommes. Nous savons aller dans l’espace, discuter en direct avec un interlocuteur situé à des milliers de kilomètres, étudier le génome humain. Mais nous sommes aussi des êtres vivants et naturels, dotés de besoin naturels et triviaux comme le simple fait d’aller aux toilettes. Refuser ce droit primaire sous prétexte d’argent est indigne de notre humanité.

Bon, cet article sort un peu (beaucoup !!) de la ligne éditoriale du blog, mais c’était mon petit coup de gueule d’automne.

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Marc 7 novembre 2017 at 14 h 38 min

    Le wifi n’est qu’une transmission d’octets dans les airs, ce qui ne coute pratiquement RIEN, et en plus, ça permet de fliquer encore un peu plus les gens, donc autant le rendre gratuit pour attirer un maximum de personnes!

    Les toilettes par contre, comme tu l’as fait remarquer, coute de l’argent à entretenir…surtout quand des gros gorets les pourrissent litéralement (quand on voit l’état de certaines toilettes publiques, on se dit que ça ne peut pas être que de la maladresse, mais une volonté consciente de crader l’endroit). Faire payer l’accès aux toilettes permet de payer l’entretient, et dissuade certains de les utiliser.

    Alors oui, je sais, une fois de plus, les gens qui ont un bon comportement payent pour ceux qui ne respectent rien….mais on ne va pas s’en plaindre, c’est une coutume française, on fait ça à longueur de journée.

  • Reply Jerry Wham 7 novembre 2017 at 15 h 27 min

    Non, le wifi n’est pas gratuit malgré ce qui est dit sur les affiches. Certes, on ne paie pas en argent sonnant trébuchant mais on paie en données privées (les big data) qui se revendent à prix d’or.

    Les toilettes coutent à la SNCF. Le wifi rapporte. Ne cherchez pas plus loin…

    • Reply Adeline 7 novembre 2017 at 16 h 02 min

      Merci Gilles pour ce partage, ça m’a valu une bonne partie de rigolade !

  • Reply Mathieu 7 novembre 2017 at 16 h 57 min

    Ne vous inquiétez pas. Dans quelques années, je suis sûr qu’on pourra payer les toilettes en bitcoin avec son smartphone (qu’on aura rechargé gratuitement avant, bien entendu !).

    // humour hein ^^ //

  • Reply kolage 8 novembre 2017 at 9 h 15 min

    salutations amicales,
    diabétique, dans mes conditions personnelles, je dois aller pisser toutes les heures et je vous prie de croire que c’est la galère lorsque l’on est en ville ! Pas de problème en campagne, n’importe quel coin discret suffit, mais en ville, c’est vraiment l’enfer ! D’un côté, je dois vidanger toute les heures et d’un autre côté pour pouvoir vidanger – si je ne connais pas la ville – je dois aller dans un bistrot boire quelque chose, et le cycle infernal commence : je me remplis au bistrot ensuite je peux vidanger,…, mais le temps entre chaque vidange s’amenuise proportionnellement, il est difficile de tenir une demie-journée entière, car vidange après 1 heure puis 3/4 d’heure puis 1/2 heure, puis faut vite rentrer chez soi où aller en campagne si on ne trouve pas un endroit gratuit sans obligation de se remplir pour pouvoir ensuite vidanger et regagner l’obligation de vidange à l’heure;
    en tout état de cause, j’évite donc d’aller dans les villes où, même s’il y a des applications androïde pour trouver le lieu adéquat gratuit, il est généralement fermé.

    • Reply Adeline 9 novembre 2017 at 8 h 20 min

      Mince alors, je n’avais pas pensé aux personnes qui ont des soucis de santé, mais c’est vrai que c’est encore plus scandaleux sous le regard de votre témoignage.
      Bon courage à vous, et j’espère que l’opération #pipigratuit sera un jour entendue de ces décideurs qui font passer nos besoins physiologiques après la mesure de lucrativité.

    Leave a Reply