Mon projet de naissance

Voici le projet de naissance que j’ai rédigé pour la naissance de mon lutin. J’ai finalement pu me rendre à la maison de naissance comme je le souhaitais, mais cette rédaction m’a été d’une grande aide. Cela m’a permis de lâcher-prise sur ma volonté d’accoucher à tout prix à Manala et d’envisager le rapprochement puis le dépassement du terme bien plus sereinement. Le projet a été rédigé avec l’aide de ma sage-femme, en fonction notamment de ce qui serait accepté ou non dans ma maternité. Selon les formations des personnels et le matériel à leur disposition (notamment pour les césariennes d’urgence), toutes ne permettent pas la même chose.

J’espère que ce texte pourra aider certaines futures mamans dans la rédaction de leur projet.préparer accouchement naturel

Projet de naissance

 

Mon projet est d’accoucher à la maison de naissance de Sélestat, Manala. Cependant, si une contre-indication venait à se présenter, je choisis d’accoucher dans votre maternité. Ce projet est l’occasion de vous exprimer mes souhaits pour vivre au mieux ce deuxième accouchement. Il ne remet en aucun cas en question les compétences de votre équipe médicale que je respecte profondément pour le travail humain qu’elle accomplit chaque jour. Il s’agit simplement pour moi de m’impliquer activement dans cette naissance et de partager avec vous en toute confiance sur ce qui me parait important.

Je vous remercie par avance pour votre lecture et vos conseils avisés.

 

Je souhaite accoucher sans péridurale. Pour ceci, je demande à être accompagnée dans mon choix, à la fois physiquement et psychologiquement.

Pendant le travail

Je souhaite que la salle de travail et d’accouchement me fournisse la possibilité de rester le plus possible concentrée sur mon intimité. Pour ceci j’aimerais que soient limitées les allers-venues, que la pièce puisse être plongée dans la pénombre et le silence, que mon suivi soit assuré, dans la mesure où tout se passe bien, par une seule personne, que la porte reste fermée.

Je souhaite que l’on m’aide à rester concentrée, notamment en évitant la pratique continue du monitoring, en limitant au maximum les touchers vaginaux. Pour réussir à rentrer dans ma bulle, j’ai besoin d’éviter de trop parler. Le papa sera là et pourra répondre aux questions dans la mesure de ses connaissances.

J’aimerais que l’on m’aide à trouver des positions favorables à vivre la douleur sereinement pendant les contractions, avec des coussins, des ballons. J’aimerais pouvoir me plonger dans l’eau pendant une partie du travail.

Je suis très réceptive à toutes les méthodes de relaxation et de méditation. Une voix calme et posée me proposant de me concentrer sur ma respiration pourra m’être d’une grande aide dans cette recherche de sérénité.

Je souhaiterais avoir la possibilité de boire pendant le travail, et de m’alimenter frugalement (fruits secs par exemple) si j’en ressens le besoin.

Je souhaite que mon choix d’accouchement naturel soit respecté. De même, je souhaite que l’on m’aide à aller au bout de ma décision d’accoucher sans anesthésie, notamment pendant la phase dite de « désespérance » où il peut arriver que la femme soit envahie par le découragement. Je me laisse cependant la possibilité de changer d’avis face à cette anesthésie si les conditions de l’accouchement deviennent trop difficiles à supporter et que c’est encore possible en termes médicaux. Dans ce cas-là, je souhaiterais bénéficier d’une anesthésie péridurale ambulatoire ou si possible auto-dosée.

Pour l’expulsion

Je souhaite être libre de ma position. Dans l’idéal, j’aimerais pouvoir accoucher le plus près du sol possible, sur un tapis par exemple, ou un lit bas. En effet, pendant mon premier accouchement, j’ai ressenti le besoin d’accoucher à quatre pattes, mais la hauteur du lit m’a effrayée et gênée, et je n’ai pas réussi à garder cette position dans laquelle pourtant je me sentais beaucoup mieux.

J’aimerais pouvoir accoucher dans une tenue qui ménage ma pudeur. Je ne souhaite pas avoir de sonde.

Je souhaite que dans la mesure du possible, si la santé du bébé le permet, on attende pour l’expulsion que la poussée-réflexe se manifeste. De même, si tout se passe bien, je souhaiterais pousser librement, en étant davantage soutenue que dirigée.

Si l’expulsion devait durer un peu plus de temps que l’habitude, j’aimerais d’abord que l’on cherche des solutions simples pour l’aider (le mouvement, la position…) avant d’en arriver à des actes médicalisés.

J’aimerais éviter tout acte médical intrusif si ma santé et celle du bébé le permettent : épisiotomie, forceps, ventouse, expression abdominale, injection d’ocytocine pendant l’expulsion (par contre, si la sage-femme estime au vu du déroulement de l’accouchement qu’il est préférable de faire une délivrance dirigée, je m’en remets à son expérience et à sa décision).

J’aimerais qu’encore une fois les lumières fortes soient évitées et que le bébé soit accueilli dans une lumière la plus tamisée possible, avec peu de bruit.

 

Si une césarienne venait à être inévitable, je souhaiterais que le papa puisse m’accompagner pour me rassurer et que nous vivions ce moment à deux. Je souhaiterais avoir la possibilité d’avoir mon bébé en peau-à-peau même dans ces circonstances le plus rapidement possible après la naissance, et que si jamais le bébé ne pouvait pas être sur moi, qu’il puisse être en peau-à-peau avec le papa. J’aimerais qu’on fasse tout pour permettre la tétée précoce.

 

Le bébé

Je souhaiterais que l’on repousse dans la mesure du possible l’examen du bébé afin de le laisser en peau-à-peau avec moi le plus longtemps possible, et que la mise au sein se fasse naturellement.

Je souhaite que les soins apportés au bébé soient limités au maximum, et que rien ne soit fait sans la présence d’un de ses parents. Si un acte particulier doit être fait au bébé pour une raison médicale, nous demandons à ce que cela nous soit expliqué afin que nous puissions prendre une décision de façon éclairée.

Je souhaite allaiter mon bébé, et je demande donc à ce que rien ne lui soit donné à part mon sein. Si je devais avoir un problème pour allaiter, je souhaite tirer mon lait et que seul celui-ci lui soit donné, et par une autre technique que la tétine.

 

Je souhaiterais dans la mesure du possible avoir une chambre seule. Je souhaiterais que le papa puisse passer la première nuit à l’hôpital avec moi s’il le souhaite. Je souhaite pouvoir dormir en peau-à-peau avec mon bébé. Je ne connaissais pas cette pratique, et c’est la maternité de Melun où j’ai accouché de mon premier enfant qui me l’a faite découvrir. Cela a été d’une grande aide dans la construction de notre lien et la mise en place réussie de mon premier allaitement, aussi j’aimerais vivement vivre à nouveau une telle expérience.

J’aimerais qu’une sortie anticipée puisse être organisée, s’il n’y a aucune contre-indication médicale pour le bébé ou moi-même. Comme mon projet était d’accoucher à Manala, tout est organisé pour mon retour précoce à la maison : suivi par une sage-femme libérale, visite du bébé avant le 8ème jour par un médecin.

 

Je remercie par avance toute l’équipe médicale pour l’attention qu’elle portera à mon projet de naissance, et pour son travail et son aide pendant ce moment si intense qu’est la naissance de l’enfant.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply