Confitures d’automne : l’aubépine

Nous avons profité du beau ciel bleu de cette semaine pour cueillir de grandes quantités de baies d’aubépine. C’était notre première tentative, et nous sommes bien contents, la confiture est excellente, bien qu’un peu plus astringente que la confiture d’églantier. Par contre en terme de temps de travail, c’est un peu pareil !! Ces confitures se dégustent car il faut un temps fou pour les faire.recette confiture aubépine

Toute la famille s’est mise au travail, même si l’aide de Bébé lutin était plus symbolique qu’autre chose. Nous avons même emmené deux copines de la lutine qui étaient très fières de participer à cette cueillette.

cuisine sauvage aubépine

La recette

Nous avons fait le tri des baies, retiré les feuilles et petites tiges qui restaient (dans la mesure du possible, les tiges restantes sont de toute façon éliminées ensuite par le moulin à légumes).

Ensuite le chef confiturier de la maison des lutins a mis les baies dans une marmite, les a recouvertes d’eau, puis mises à cuire.

On fait passer ensuite le jus et les baies dans le moulin à légumes, histoire d’enlever les noyaux, la peau, les petites tiges. Il faut prévoir beaucoup de baies, parce qu’une fois qu’on a enlevé tout ça, il ne reste plus grand chose !! Il fait ensuite recuire le moût avec de l’eau, afin d’être sûr d’obtenir un maximum de jus et d’optimiser la cueillette. Nouveau tour de moulin à légumes pour éliminer à nouveau les déchets. Et comme notre maître confiturier est consciencieux, il repasse encore le jus obtenu dans une passoire à coulis (mais cette étape à mon avis peut être évitée).

Ensuite, il suffit de faire cuire le jus avec du sucre dans les proportions qui vous conviennent (comme les aubépines sont assez amères, nous en avons mis un peu plus que d’habitude, environ 80gde sucre pour 100g de fruits), tout mettre en bocaux et faire de jolies étiquettes.

Nos trois petites cueilleuses ont eu chacun leur petit pot de confiture personnel et étaient enchantées de l’après-midi.

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Tiphanya 3 octobre 2017 at 8 h 57 min

    On adore la cueillete d’aubépine, mais il n’est pas un peu tôt ? En général il est conseillé d’attendre les premières gelées.
    Et pour éviter le côté astringeant, une seule solution : ouvrir chaque fruit à la main pour en retirer les pépins et les poils qui sont à l’intérieur. C’est énormément de boulot, par contre ensuite on garde tout, du coup on obtient une plus grande quantité de confiture par rapport à la quantité de fruit.
    L’inconvénient, c’est que c’est tellement de boulot, que même si tout le monde a adoré, il nous faudra encore quelques années avant de recommencer.

    • Reply Adeline 8 octobre 2017 at 18 h 09 min

      Coucou. Je me demande si tu ne parles pas de l’églantier. En effet on attend les gelées pour les cueillir, et on enlève les petits poils pour que ce soit moins rapeux. Par chance j’ai un courageux à la maison, et il nous en fait tous les ans ! (Tu n’es pas si loin, à l’occasion passe la goûter 🙂 )

    Leave a Reply