Travailler sa relation à soi pour améliorer sa relation à l’enfant

Comment faire quand on a choisi de donner une éducation bienveillante à ses enfants et qu’on  n’y arrive pas ? Quand on connaît toutes les astuces Faber et Mazlich, qu’on lit tous les articles des blogs qui expliquent combien frapper et crier sont destructeurs pour les enfants, et que pourtant on craque, parfois, souvent, en tout cas trop souvent à notre goût ?

Où est le problème ?

Faut-il lire un énième livre d’éducation ? Participer à un nouveau stage de parentalité bienveillante ? Regarder une nouvelle vidéo sur les dangers de la violence ordinaire sur le développement des enfants ? Tous ces réflexes nous donneront peut-être quelques idées supplémentaires, certainement une bonne dose de culpabilité, et un répit de quelques jours, avant que nous n’arrivions de nouveau à ce point un peu difficile de rupture potentielle.

Le problème n’est pas dans notre connaissance de “ce qu’il faudrait faire”. Nous le savons très bien. Rester calme, accompagner les émotions de l’enfant, exprimer nos besoins en CNV, accueillir ceux de l’enfant…

Le problème est plutôt dans la gestion de nos propres émotions. A force de nous préoccuper des émotions de nos petits, nous avons du mal à gérer les nôtres. Et nous aussi nous avons le droit à ces émotions que nous autorisons à nos enfants : colère, honte, tristesse, ras-le-bol…

Peut-être faudrait-il passer du temps à nous apprendre à gérer nos propres émotions avant de vouloir enseigner à nos enfants à gérer les leurs.

Comment s’aider soi-même ?

L’important est d’abord d’identifier ce besoin de se recentrer sur soi-même, de progresser sur sa gestion des émotions, sur son rapport à son propre vécu. Une fois que cette démarche est faite, que ce regard est porté, à chacun de trouver sa propre solution. Je pense pour ma part qu’il y a deux grandes pistes à explorer, celle du travail sur son psychisme et celle du travail sur sa maîtrise des émotions et des réactions à chaud.

Le travail sur la gestion des émotions à chaud peut se faire notamment par les techniques du yoga, de la sophrologie, en fait, toutes les techniques qui apprennent à mieux se gérer au quotidien.

Christophe André, dans son livre sur les Etats d’âmes, propose trois principaux outils pour mieux les gérer au quotidien : le journal intime, le sport et la méditation. Je suis persuadée que si l’on prend le temps de pratiquer les trois, cela nous aidera beaucoup dans notre relation à l’enfant. En, ce sont trois pratiques quotidiennes (ou au moins l’une des trois quotidienne et les autres hebdomadaires) qui nous obligent à prendre du temps pour nous, à nous recentrer sur notre ressenti, à le soigner et le ressourcer.

La méditation et la pleine conscience sont des outils particulièrement efficaces pour apprendre à mieux gérer sa relation à soi-même, et ainsi à son enfant.comment arrêter de crier sur ses enfants

Quand on se sent prêt à aller plus loin, et à vraiment résoudre ses conflits intérieur, un travail sur notre psychisme sera certainement le plus efficace pour améliorer notre relation à nos enfants. Voir un psychologue, revisiter son histoire personnelle, comprendre sa construction psychique, trouver les clés de son fonctionnement…

Quelques livres pour aller plus loin :

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply